Blog - Corinne Héraud / Courcelles Art Contemporain -
Participation au projet caritatif

A l'occasion de l'exposition du peintre Layral, la galerie Catherine Mainguy à Lyon organise une vente caritative au profit de l'association Fazasoma qui vient en aide aux enfants malgaches.

Le projet consiste à complèter le flyer de l'exposition selon son inspiration...

 

Avant / Après

 

Et voici une vidéo qui montre le processus de création :




MIA - Photo Art Fair - Milan


28 avril - 2 mai 2016

La galerie Noorfortart Contemporary présente mon travail et celui de Laetitia Lesaffre et Miki Nitadori à l'occasion de ce salon consacré à la photographie contemporaine.




Exposition personnelle à Lyon - 6 janvier / 13 février 2016

Du 7 janvier au 13 février 2016, la galerie Catherine Mainguy présente les séries Errances et Ames silencieuses.

130, montée de la Grande Côte, 69001 Lyon

Ouverture : le jeudi et vendredi de 10h à 17h30, le samedi de 14h à 19h, le lundi et mardi sur RDV au 06 23 84 37 71

 




A lire sur le web encore...

Sur le site dédié aux arts, tous les arts : Artist'Up

Corinne heraud, photographe intimiste portee par l'élan pictorialiste
 




A lire sur le Web

Sur le blog de Robin des Arts :

Marché de l'art 2015/11/13/ : fotofever, génial et enthousiasmant
 




L'énigme de l'être aux editions Jacques Flament

La maison d’édition Jacques Flament consacre un opus de sa collection Arte Prima à mon travail d'artiste.
Cet ouvrage tiré en édition limitée et numérotée est paru le 15 octobre et présente plusieurs de mes séries (Miroirs secrets, Icônes cathodiques, Errances, Eternelles, Ames et silencieuses) accompagnées d’un très beau texte de Denys-Louis Colaux dont je vous livre un court extrait :
« (…) Tout contribue à danser, à penser, à exister dans cette formidable et enivrante ronde des fantômes, des fantasmes, des représentations, des mythes et des désirs, des angoisses, des sortilèges, des rêves. Pour entrer dans le monde d’Héraud, il faut franchir une porte. Au-delà de cette porte, le trouble scintille dans toutes ses acceptions. (…) »

ISBN : 978-2-36336-221-6
PAGES : 128
FORMAT : 320 x 250
PARUTION : 10/2015
COLLECTION : Arte Prima
PRIX : 68 € (frais de port compris)

 

Vous pouvez commander votre exemplaire auprès de l’éditeur en suivant ce lien :
http://www.jacquesflamenteditions.com/ap-007-heraud/

 

 


 




Exposition d'été à Tours

Du 17 juillet au 5 semptembre, Olvier Rousseau présentera un joli trio avec des oeuvres d'Albane Huygues-Despointes et Sandrine Paumelle et quelques unes de mes Ames silencieuses.

La galerie sera fermée du 2 au 18 août.

 

Vers le site de la galerie.

 

Le temps suspendu, 2014, 81 x 65 cm




4ème biennale d'art contemporain du Pecq
La biennale d'art contemporain alpicoise revient pour sa 4 e édition. L'occasion pour le public de découvrir les œuvres étonnantes et stimulantes de treize artistes aux techniques diverses et aux styles variés.
Du 30 janvier au 13 février : à la Salle des Fêtes et au centre culturel André Malraux.
Tous les jours de 14 à 19h, noctures les vendredis jusqu'à 21h.


Entrée libre - Salle des Fêtes et centre culturel André Malraux
(Possibilité de visite guidée pour les écoles, sur rendez-vous pris auprès du centre culturel André Malraux au 01 39 73 48 22).





Exposition collective à la galerie Olivier Rousseau - Tours

Winter Group Show et Lumièress sacrées.
Exposition du 10 au  31 décembre 2014
Galerie Olivier Rousseau
48, rue de la Scellerie, 37000 Tours - 06 81 69 20 01 - 09 80 67 93 80 -
galerie@olivier-rousseau.com
 

A l'occasion de ce winter group show, c'est une nouvelle collabration qui débute avec Olivier Rousseau dont la galerie a ouvert ses portes en septembre 2014.

L'accrochage présente une sélection d'oeuvres de 6 autres artistes associés à la galerie : Simon Blau, Nathalie Bourdreux, Hélène Duclos, Patrick Guidot, Sandrine Paumelle et SylC.




Le Maine Libre - Dimanche 26 octobre 2014




Un article dans le magazine Miroir de l'Art

Un article dans le n°8 du magazine Le Photographe (juillet-août-septembre 2014).




Prochaine exposition à la galerie Courcelles - Paris

Une exposition en duo avec le photographe Pierre Terrasson!

Du 25 septembre 2014 au 22 novembre 2014

Vernissage le jeudi 25 septembre.
 

Galerie Courcelles Art Contemporain

110, boulevard de Courcelles 75017 PARIS

http://www.galeriecourcelles.com/




Exposition à la MJC Ronceray au Mans

Dans le cadre de Puls'Art, la MJC Ronceray du Mans accueillera ma série les Ames silencieuses qui côtoieront "les Veilleurs" de Anne Pelosi.

Exposition du 12 au 27 mai 2014

Ouverture :

Lundi, mardi, jeudi et vendredi : de 14h à 19h
Mercredi : de 9h à 12h30 / de 14h à 19h
Samedi : de 10h à 13h / de 14h à 17h




L'exposition aux Quinconces des Jacobins... en vidéo!

A l'occasion de l'inauguration l'espace des Jacobins au Mans, la ville a offert ses murs à une quarantaine d'aristes du territoire du 28 avril au 11 mai 2014.

Lien vers une vidéo présentant cette exposition.




Article de Denys-Louis Colaux

"C O R I N N E H É R A U D
l' a r t d e l a p o l y s é m i e

NOTICE DE PRÉSENTATION :

Héraud est une photographe française né en 1971. Elle est autodidacte. Ses thématiques de prédilection déclarées sont la nature et les sujets existentiels comme l'identité, l'image, la solitude. J'y vois aussi un profond et sensible attrait pour le mystère et la hantise. Sa geste est indéniablement pictorialiste. Elle cherche, par une intervention appliquée sur son matériau photographique, à créer une image douée d'un "caractère unique". "Je me tourne, écrit-elle, vers des techniques qui nécessitent une intervention manuelle pendant laquelle l'image s'incarne en une matière que la main façonne. Le caractère aléatoire des manipulations rend chaque photographie unique". C'est un des grands principes du pictorialisme : s'écarter de la reproduction mécanique ou technique du sujet, l'inventer en y mettant sa griffe en effets, en atmosphère et en retouches. On va voir comment l'artiste tient parole.

L'OEUVRE

D'abord, j'ai envie de dire qu'il y a en Héraud un être qui compose une très étrange et passionnante iconostase, qui l'invente, qui la constitue à partir de fragments où l'on trouve du sacré, de l'hérétique, de l'étrange, du mythe, du profane, de l'image pieuse, de la culture, de la magie, de l'icône, du fantastique, de l'érotique, du morbide. Elle crée un ensemble de veines qui donnent vie à une oeuvre inspirée, insolite, troublante, ambiguë. Ses âmes silencieuses, ses traces font songer à des suaires et à des fantômes en même temps qu'elles ont un caractère de fascination et d'attraction qui remet en mémoire l'étymologie commune au fantôme et au fantasme. Le jeu des possibles de l'oeuvre noue ensemble l'illusion, l'hallucination, la construction imaginaire. La hantise du fantasme et du fantôme. Ces suaires sont aussi les grandes voiles qui équipent ces vaisseaux fantômes qui naviguent dans nos mers intérieurs. Sont-ce les manifestations de mortes amoureuses, comme celle de Gauthier ? Les brumes constitutives de goules et de striges ? Sont-elles des muses porteuses d'inspiration, des mortes porteuses d'expiration ? Ces âmes silencieuses ont rapport avec les saintes, mais aussi avec "cette sainte de l'abîme", "plus sainte" encore, aux yeux du poète Nerval. Mais ces femmes ont aussi rapport aux fées, à quelque magie que d'étranges clartés et de curieuses auras dorées semblent attester. Un pollen d'aile de papillon saupoudre certaines de ces créations. Oui, il y a une dimension surnaturelle dans l'oeuvre de Corinne Héraud. Quelque chose relie ces femmes, - leur immatérialité, leur évanescence, leur fluorescence, leur diaphanéité -, au monde des messagères, des anges, des lucioles, des esprits et des séraphines. Ces visages blancs et presque aveugles évoquent aussi les masques funéraires. Ces âmes visibles ont, par leur facture même, un aspect d'antiquité, la patine de gravures ou de daguerréotypes ennoblis par le temps, elles semblent en relation avec le mystère du temps, du passé. Elles ont un cachet nostalgique. Elles sont à cheval sur la frontière qui sépare la présence et l'absence. Dans le même temps, malgré ou grâce à leur étrangeté, ces figures féminines sont jeunes et belles. Elles ont quoi qu'il en soit, ces âmes silencieuses, pouvoir sur le rêve et sur le frisson et l'ambiguïté attise leur magnétisme. Nous sont-elles favorables ou nuisibles ? Et si cela était indécidable ? Il se pourrait qu'encore, que très loin à l'écart de nous et indifférentes à nos délires interprétatifs, elles fussent des êtres entrés dans l'estompement de la solitude. Ceci n'atténue pas le pouvoir de captation qu'elles exercent sur nous. Elles vivent là ou survivent, sur des supports que le temps (un temps factice mais n'est pas ainsi que l'on joue avec le temps) a craquelés, griffés, gondolés, gommés, elles subsistent comme privées d'yeux, définitivement plus obsédantes que les images lisses et intactes. Elles vivent ou survivent dans la gloire inquiétante de leurs stigmates et de leurs blessures.

a corinne profil.jpgLes Paysages et les Errances de Corinne Héraud me ramènent à une dimension fantastique, (un fantastique subtil et intellectuel, littéraire) tout en ouvrant une fenêtre sur l'inquiétude existentielle. Qui est cet inconnu ? Qui est cette présence dans le paysage ? Que serait le paysage privé de cet élément insolite ? Quelle est cette idée incrustée au fond de moi ? D'une certaine façon, d'une façon presque anecdotique, ils me donnent à penser au spiritisme, aux présences appelées, captées mais plus encore à des paysages intérieurs, des compositions qui rendraient des tumultes privés, des angoisses intimes. Ces images seraient les fruits résultant d'aventures spéléologiques, paléontologiques menées par un être dans les secrets et les strates de son âme et de son histoire, les fleurs singulières issues d'une cueillette dans ces vergers où le conscient et l'inconscient se jouxtent, les indices d'une descente en rappel dans les gouffres sinueux de la mémoire. Ces images ont peut-être à voir avec l'enfoui qui resurgit, le refoulé qui fait retour. Estompement, presque transparence, gommage, sépia, chiffonnement, le travail manuel intensifie l'efficace du document, en augmente l'attrait singulier, lui crée une histoire, un parcours, ce travail invente une sorte de rouille impalpable, une poussière artificielle. L'art est venu au secours du vieillissement. Merveilleux contre-courant quand tout le monde, aujourd'hui, se cramponne à une idée (chirurgicale, physiologique, organique) de la jeunesse. (Ici, à gauche, une oeuvre de la série intitulée Icônes Cathodiques).

J'aime enfin la série des Éternelles où l'artiste révèle quelques-uns des possibles de la femme : source de toute génération, puissante guerrière, exécutrice ou amoureuse dérivant sur le fleuve de la mort. J'ai plaisir, dans des relectures tout à fait nouvelles, proches ici de l'heroic fantasy, à renouer avec des figures mythiques de la littérature ou de la dramaturgie. La Walkyrie nordique, divinité et guerrière vierge (ici, doublée d'une meneuse de loup et d'une sorte de Diane), Eve, la première femme selon la mythologie biblique, berceau de l'humanité, Judith, la Juive sublime qui décapitera Holopherne et rapportera sa tête à Béthulie ou l'Ophélie issue de l'Hamlet de Shakespeare. L'artiste se fait un chemin dans les mythes et, écartant l'image de la docilité et de la fragilité féminine, restitue à la femme la multiplicité de ses facettes. Les trouvailles abondent dans ce muséum de la féminité revue et corrigée : Eve vit harmonieusement, entre paix et extase, la présence du serpent, la tête de Judith n'apparaît pas de manière à mettre en fulgurant exergue la caboche du général vaincu par la beauté, l'audace et l'intelligence, Ophélie morte a plus que jamais l'aspect d'une nymphe d'aujourd'hui... Ce grand jeu avec le temps persiste, de déclinaisons originales en déclinaisons originales. Il offre une nouvelle variation et une nouvelle forme de résistance à l'image d'Epinal. Tout contribue à danser dans cette formidable et enivrante ronde des fantômes, des fantasmes, des représentations, des mythes et des désirs, des angoisses, des sortilèges, des rêves. Pour entrer dans le monde d'Héraud, il faut franchir une porte. Au-delà de cette porte, le trouble scintille dans toutes ses acceptions.

L'oeuvre de Corinne Héraud se fonde, séquences après séquences, sur ce que je regarde comme un hommage à l'intelligence et à la création : une aventure passionnante, esthétique, troublante dans la polysémie."

Denys-Louis Colaux

Retrouvez cet article dans son intégralité : http://denyslouiscolaux.skynetblogs.be/archive/2014/03/12/corinne-heraud-8131606.html
 




Exposition Collective à la Galerie le Mouton Rouge - Poitiers

Nouveau lieu, nouveaux artistes à découvrir : Corinne Héraud et ses "Âmes silencieuses", Anne Claverie et ses étranges sculptures ainsi que Gaspard Noël et ses autoportraits dans de grandioses paysages. Photographies retravaillées, techniques mixtes, bronze à partir d'un pneu sculpté, grands formats, ... Ces artistes présentent des créations contemporaines originales en compagnie d'artistes de la région.
  
Du 27 février au 29 mars 2014
Jeudi, vendredi et samedi de 15h à 19h
Entré libre - renseignements au 06 62 03 15 53 Le Mouton Rouge - 146 Grand Rue - Poitiers

http://galerie-mouton-rouge.fr
 




Article dans le magazine Artension
Une critique de mon travail rédigée par Hélène Staes, lauréate du concours organisé par le magazine Artension à l'occasion du salon Mac Paris.
Cette critique est parue dans le numéro123 du magazine (janvier - février 2014).


Et voici le texte dans son intégralité :

"Regarder les photographies de Corinne Héraud, c’est faire l’expérience de l’intime. Le regard est attiré par ces femmes aux yeux noirs et à la chevelure corbeau. Les contrastes sont saturés, les flous rendent imperceptibles les traits des caractères. Ces images fascinantes oscillent entre nostalgie et contemporanéité. « J’ai pris des visages de femmes assises derrière le présentateur et les chroniqueurs dans les talk-shows » explique l’artiste, « je veux donner une existence à celles qui servent de décor dans des émissions de télévision ». Corinne Héraud présente au salon Mac Paris à l’espace Champerret deux séries consacrées à des visages féminins: Icônes cathodiques et Les âmes silencieuses, un univers commun de femmes capturées par le petit écran, et par l’artiste qui les sort de l’anonymat et de l’absurdité du décor.

Corinne Héraud a le physique de ses héroïnes, brune aux cheveux longs, elle semble sortie d’une de ses œuvres. Elle s’est lancée dans la photographie en 2001 à l’âge de 30 ans en découvrant les possibilités inouïes du polaroïd, « un coup de foudre » dit-elle. Autodidacte revendiquée, elle nourrit son travail d’accumulations cinématographiques, de peintures de Jérome Bosch au Caravage, de ce qu’elle appelle « ses instantanés esthétiques » et de sa propre histoire. Elle vit dans la Sarthe non loin du Mans. Sa première exposition, elle la consacre en 2006 à un arbre remarquable de sa région, le chêne de la Lambonnière. C’est à cette date que commence sa carrière d’artiste qui cherche, combine les techniques, poursuit son chemin en interrogeant la fragilité des formes et des êtres. Dans ces séries de visages de femmes, elle se penche sur l’identité, l’image et la solitude : « Je mène un travail sur un questionnement plus introspectif en creusant au cœur de notre nature humaine » explique-t-elle.

Sa référence revendiquée : le pictorialisme. Ce mouvement, typique de la Belle Epoque, théorisé en France par le maître en la matière Robert Demachy, visait à faire de la photographie un art qui nécessite l’intervention humaine. Corinne Héraud s’empare des techniques anciennes et les met au goût du jour pour manipuler l’image et l’éloigner de la vision première du photographe, pour raconter une histoire. Après de multiples tâtonnements, elle trouve le procédé qui fait aujourd’hui son style : en trempant l’image imprimée dans un solvant pour que l’émulsion s’en décolle, la membrane fine gélatineuse est récupérée sur un papier japonais avant d’être retouchée avec des pigments, des touches de pinceaux ou de l’encre de chine. Les transferts collés à la toile font apparaître des froissements, des déchirures. On ne sait distinguer le procédé technique des brisures de l’identité. Corinne Héraud a de la tendresse pour ces femmes sorties du fracas et des lumières cathodiques. Isolées de l’univers dans lequel elles apparaissaient, elles semblent ordinairement belles. « Je ne suis pas celle que vous croyez », « Douces pensées » disent les cartels qui nous renvoient à nos interrogations, à notre intériorité, au flou de l’existence."
Hélène Staes





Accrochage à la Galerie Courcelles


Une Icône Cathodique en devanture de la galerie Courcelles!


Les errances en lumière...




Article La Montagne - Octobre 2013




Vidéo de l'exposition à la Galerie Balthazar - Clermont-Ferrand

Lien vers YouTube




Article Miroir de l'Art #4

4 pages me sont consacrées dans le dernier numéro de Miroir de l'Art.
Les Errances avec un très beau texte de Virginie NIELSEN.




Galerie Balthazar - Clermont-Ferrand

Exposition personnelle à la Galerie Balthazar à Clermont Ferrand
du 19 septembre au 12 octobre 2013

A cette occasion, je présenterai les séries "Icônes Cathodiques" et "Les Errances".

Vidéo de l'exposition


Plus d'informations sur la galerie Balthazar ici
 




Exposition en duo avec Hélène Maïdanatz

Exposition du 19 mars au 18 mai 2013.

Vernissage le jeudi 11 avril de 18h à 21h.

Galerie Courcelles Art Contemporain
110, boulevard de Courcelles
75017 PARIS
Lien vers la Galerie Coucelles
 




Article Révélations de l'année - Miroir de l'Art #39



 




MAC Paris - Salon d'art contemporain du 22 au 25 novembre 2012

Cet salon réunit 125 artistes plasticiens rigoureusement sélectionnés, parmi plus de 1000 dossiers, pour la qualité et l’originalité de leur travail, par un comité composé de professionnels du secteur. Chaque artiste est présent sur son espace individuel pour rencontrer le public et vendre ses œuvres.



  

A l'occasion de ce grand rendez-vous annuel, j'aurai le plaisir de vous retrouver pour vous présenter les Icônes Cathodiques.

 

 

Plus d'infos : Mac Paris
 




Fotofever - Bruxelles du 4 au 7 octobre 2012

Fotofever, nouvelle foire de photographie contemporaine, s'installe à Bruxelles du 4 au 7 octobre 2012 et invite 60 galeries européennes à présenter le meilleur de la photographie actuelle et de l'art vidéo.

Sur ce salon très sélectif, Dominique Charlet à qui j'ai confié la représentation de mes séries Crépuscules et Natures Végétales, proposera une sélection des artistes qu'il représente.

 

 

Plus d'infos :
Dominique Charlet

Fotovefer
 




Reportage LMTV sur les Icônes Cathodiques

Un reportage sur mes Icônes Cathodiques exposées à l'Espace Régional du Mans. : suivre le lien


Expo: "Les Icônes cathodique" de Corinne Héraud... par lmtvsarthe-wizdeo




Exposition Espace Régional de la Sarthe

 

Espace Régional de la Sarthe :
83 boulevard Marie et Alexandre Oyon - 72 058 LE MANS Cedex 02
Tél. 02 43 14 37 30




Exposition "Regards 2012"

Exposition collective de photographies "Regards 2012"

Vernissage le samedi 3 mars à 11h30.

J'y expose mes séries "Les Errances" et  "Crépuscules".
Vous pourrez découvrir le regard de plusieurs photographes : Julie FRANCHET, Pascal LECOEUR, Franck LECRENAY, Patrick MOREAU.
Et ne manquez surtout pas les images sublimes de l'nivité d'honneur Olivier MERIEL.

Du 1er au 18 mars 2012
Halle au Blé - 61000 ALENCON

Ouverture tous les jours sauf le lundi de 14h à 18h.




En permanence, à la Galerie Courcelles

Une sélection des Icônes Cathodiques est désormais visible en permanence à la Galerie Courcelles.

Galerie Courcelles Art Contemporain
110, boulevard de Courcelles - 75017 PARIS

Du mardi au samedi de 12h à 18h30 et sur rendez-vous.

T : +33 (0)9 82 33 20 16 - M : +33 (0)6 63 66 29 95
Métro : Ternes - Courcelles / Bus : 30 -31 - 43 - 84 - 93 / Parking : Hoche - Wagram - Ternes

Vers le site de la galerie

 




Exposition collective

Du 26 janvier au 26 février 2012 au Musée Léonard de Vinci à Milan.
Une nouvelle étape pour cette exposition collective exclusivement consacrée

à la photographie Polaroïd et à laquelle je participe.

Vidéo officielle de l'exposition : http://youtu.be/1FTrhyoMgTM
 




Galerie Courcelles Art Contemporain - Paris

Retrouvez les Icônes Cathodiques à la galerie Courcelles Art Contemporain, Paris 17.

Vers le site de la galerie




Salon Balt'art - Nogent Sur Marne

Manifestation d'art contemporain réusnissant 70 artistes du 6 au 9 octobre 2011

Plus d'informations ici




Polaroid Easy Art? - 06 NICE

Une exposition collective exclusivement consacrée à la photographie Polaroid.

Exposition du 15 septembre au 7 octobre 2011
Vernissage le 15 septembre

MUSEAAV - Musée Usine Espace D'art Actuel et Virtuel
16, place Garibaldi - 06300 NICE

Plus d'informations ici




Exposition Collective "L'air du Temps" à la Perrière

La Maison du Filet prend ses couleurs d'été avec une exposition collective d'oeuvres variées.
Dans cette atmosphère estivale, vous pourrez également y découvrir des objets insolites, des bijoux anciens...

Exposition du 13 juillet au 4 septembre du mardi au dimanche de 14h à 20h.
La Maison du Filet
Grande Rue, 61360 LA PERRIERE (Orne)




Natures Végétales à la Médiathèque d'Alençon - 4/29 juin 2011

Médiathèque d'Alençon
Du samedi 4 au mercredi 29 juin 2011

Cour Carrée de la Dentelle
02.33.82.46.00
mediatheque@ville-alencon.fr

mardi 13h30 / 18h
mercredi 10h /12h - 13h30 /18h
jeudi 13h30 / 18h
vendredi 13h30 / 18h30
samedi 10h / 12h30 - 13h30 / 17h

Une nouvelle version de mes Natures Végétales en grand format cette fois.




Marché d'Art à la Perrière

Retrouvez mon travail récent lors du Marché d'Art
les dimanche 12 et lundi 13 juin 2011 à la Maison du Filet




Exposition Collective

La nouvelle association "Les Filets d'Helo", organise sa première exposition collective à la Maison du Filet de La Perrière.
A cette occasion, Jean-Noël et moi avons réuni 5 autres artistes atour du thème "Natures".
Dessins, peintures, photographies et sculptures seront présentés dans la galerie dans une mise en scène propre à rendre hommage aux poésies de la nature.



 

 


Les artistes :
Camille Couturier, peintures - Delphine Drapier, dessins & peintures - Richard Harper, dessins - Corinne Héraud, photographies - Jean-Noël Loriers, dessins & peintures - Bernard Louette, sculptures - Karen Papacek, dessins.
Exposition du 17 avril au 22 mai
Pendant les vacances scolaires (toutes zones) : du mardi au dimanche de 14h à 20h.
Hors vacances scolaires : du vendredi au dimanche de 14h à 20h et sur rendez-vous.

La Maison du Filet
Grande Rue, 61360 LA PERRIERE (Orne)




Exposition permanente à La Perrière (Orne)

La Maison du Filet à la Perrière

  


Des extraits des séries "Natures Végétales", "Les Errances" sont désormais visibles de façon permanente. Un lieu chargé d'intimité qui vous donnera aussi l'occasion de découvrir le travail de peinture de Jean-Noël LORIERS et le travail à quatre mains que nous avons réalisé ensemble.

Maison du Filet
Hors vacances scolaires : du vendredi au dimanche de 11h à 20h
Vacances scolaires : du mardi au dimanche de 11h à 20h
Grand Rue, 61360 La Perrière




Finding Lost Time exhibition

Finding Lost Time Edge Hill University, St Helens Road, Ormskirk, Lancashire, L39 4QP, UK
Du 4 avril au 15 avril 2011
A la recherche du temps perdu...
une exposition collective réunissant uniquement des photographies Polaroid venant du monde entier.

Lien vers une vidéo de l'exposition

 

 

 




Top